Port du masque: Montréal recule, mais promet un autre règlement (Paru dans Le Devoir)

février 21, 2009 at 12:41 (Uncategorized)

Le règlement prohibant le port de masques et de cagoules lors de manifestations à Montréal ne sera pas soumis au vote des élus lundi soir, mais l’administration Tremblay ne renonce pas pour autant à son projet.

Le président du comité exécutif et responsable de la sécurité publique à la Ville de Montréal, Claude Dauphin, a fait retirer hier de l’ordre du jour de la séance du conseil municipal de lundi soir prochain l’étude du projet de modification du Règlement sur la prévention des troubles de la paix, de la sécurité et de l’ordre public et sur l’utilisation du domaine public (P-6) afin d’y ajouter une disposition interdisant aux manifestants de se masquer le visage.

«Comme notre objectif est de fournir de bons outils à nos policiers qui auront à appliquer ce règlement et aux tribunaux qui devront le sanctionner, il nous apparaît important de réexaminer notre projet d’amendement et de le soumettre à nouveau à la Commission de la sécurité publique pour une nouvelle évaluation», a indiqué Claude Dauphin, hier, par voie de communiqué. Ce dernier refuse de fixer un échéancier pour la révision de la modification.

Un front commun de groupes de défense des droits et de syndicats enjoint l’administration Tremblay de retirer «purement et simplement» non seulement le projet d’amendement au règlement P-6 proposé par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), mais bien tout le «règlement antimanif» adopté dans les années 1970 par l’administration Drapeau-Saulnier.

«Des gens peuvent, sans avoir aucune intention criminelle, vouloir se masquer pour protéger leur anonymat sans que cela soit répréhensible, a dit hier le représentant de la Ligue des droits et libertés, Denis Barrette. Ce n’est pas vers une escalade des pouvoirs d’intervention des policiers qu’il faut se diriger, mais vers une meilleure compréhension de ce qu’est la liberté d’expression. Visiblement les forces de l’ordre n’ont rien compris.»

Le directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), Fo Niemi, somme pour sa part l’administration Tremblay de ne plus «adopter des politiques ou des règlements en catimini». Fo Niemi demande notamment à la Ville d’ouvrir grandes les portes de la Commission de la sécurité publique aux citoyens.

Le chef de l’opposition officielle de la Ville de Montréal, Benoit Labonté, a applaudi la décision du comité exécutif de commander un nouvel examen du projet de modification du règlement P-6 à la Commission de la sécurité publique, mais lui demande de «donner la parole aux citoyens sur [ce] projet de règlement qui déjà suscite la grogne». «Par respect envers les citoyens et dans l’intérêt de la démocratie montréalaise, force est d’admettre que la tenue d’une séance publique est nécessaire», a affirmé Benoit Labonté.

La Fraternité des policiers et des policières insiste pour que le conseil municipal adopte l’amendement le plus rapidement possible. Le président de la Fraternité, Yves Francoeur, insiste sur le fait que «ce sont clairement les casseurs, les gens qui s’insèrent dans les manifestations pacifiques dans le but de casser, défoncer et brûler du matériel, ou carrément s’en prendre aux policiers et aux citoyens, qui sont visés par cet amendement. La moindre des choses, en démocratie, c’est de s’exprimer à visage découvert».

Source : Le Devoir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :